• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Fête de la Science 2018 : des scientifiques toujours au rendez-vous

A l'occasion de l'édition 2018 de la Fête de la Science, les scientifiques de l'Inra Grand Est-Colmar ont présentés leurs animations du 12 au 14 octobre en centre ville, salle des catherinettes.
Des nombreux passionnés et curieux sont venus confronter leurs idées reçues sur les virus de plantes et les biodiversité des champs.

Emilce Prado présente aux enfants l'anatomie d'un puceron lors de la Fete de la Science 2018 à Colmar © Véronique Brault
Publié le 23/10/2018

Être(s) rusés sans cerveaux

Dans le monde du vivant l’absence de cerveau n’enlève rien à la complexité des interactions. Pas facile de se déplacer sans jambe ou autre appendice locomoteur. C’est pourtant ce que font continuellement les virus. Ces agents infectieux ont besoin de leur hôte pour survivre et se reproduire ! Hommes, animaux, ou plantes comment font-ils pour n’épargner personne ? Simple ! Ces organismes sont passés maître dans l’art de la manipulation, capables de changer l’odeur, les couleurs et même le comportement de leur hôte pour attirer les vecteurs mobiles qui les véhiculent.

Au travers de jeux et d'animations ludiques, les scientifiques de l'unité Santé de la Vigne et Qualité du Vin (Inra-Université de Strasbourg) ont invité petits et grands à découvrir des phytovirus manipulateurs pour comprendre comment ils interagissent avec les plantes et leurs vecteurs, les insectes.

Pour une agriculture au service de la biodiversité

S.O.S, abeilles et papillons désertent mes vignes et mes champs ? L'agriculture intensive mène la vie dure aux plantes indésirables et à la biodiversité environnante. Cette pratique à l'origine de la croissance de la production agricole est qualifiée d'incompatible avec la survie des insectes, araignées et autres organismes de son écosystème. Pour conserver toute la richesse et la diversité des espèces végétales et animales dans les milieux agricoles, l'agriculture biologique semble un recours possible. Mais est-ce si simple que ça ?

Entre bandes fleuries et outils, les chercheurs et techniciens du Laboratoire Agronomie et Environnement (Inra-Université de Lorraine), installés au Centre Inra Grand Est-Colmar ont fait découvrir au grand public de tout âge, des méthodes alternatives pour favoriser la biodiversité dans les champs et les vignes.

A propos de

Ces virus qui manipulent les plantes

" Les chercheurs  [de l'Inra de Colmar] ont en effet démontré que le TuYV provoque chez les plantes l’émission d’odeurs qui attirent le puceron. Ce même virus modifie également la composition chimique de la plante, la rendant plus appétante – en un mot, plus goûtue – pour le puceron."
Lisez l'article complet paru dans The Conversation 

Cet article est publié dans le cadre de la Fête de la Science 2018 dont The Conversation France est partenaire. Retrouvez tous les débats et les événements de votre région sur le site Fetedelascience.fr.